Pas de démocratie sans liberté
de la presse

Le 7 janvier, à Paris, des terroristes ont pénétré dans les bureaux du journal Charlie Hebdo et ont tué douze personnes, dont des journalistes. Suite à cet événement, des millions de personnes sont descendues dans les rues en France, mais aussi en Belgique et ailleurs pour défendre la liberté de la presse et la liberté d’expression. En quoi consistent ces deux droits ? Et pourquoi sont-ils si importants dans une démocratie ? Réponses dans ce dossier.

Pas de démocratie sans liberté de la presse

Liberté d’expression

Pour aborder ces deux notions, partons de la Déclaration universelle des Droits de l’homme. Rappelons que ce texte, qui date de 1948, reprend l’ensemble des droits dont devrait disposer chaque être humain. L’article 19 de cette Déclaration (voir ci-contre) fait directement référence à la liberté d’expression.
En quelques mots, retenons qu’il s’agit du droit d’exprimer librement ce que l’on pense, oralement mais aussi avec un texte, une chanson, des dessins… Et ce, même si les idées que l’on exprime déplaisent. Attention, cependant, cette liberté d’expression doit se faire dans le respect des autres : pas question, donc, d’insulter son copain de classe ou de raconter des mensonges à son propos !
Important aussi : en Belgique notamment, il existe des lois qui interdisent d’injurier une personne ou encore d’avoir des propos racistes ou qui poussent à la violence, sous peine d’être condamné par la justice. La liberté d’expression a donc des limites.

… Et liberté de la presse

Passons maintenant à la liberté de la presse, qui est directement liée à la liberté d’expression. Il s’agit du droit pour les journalistes de donner à la population les informations et aussi leur avis sur les événements qui se passent dans leur pays ou ailleurs. Et ce, aussi, dans le respect des autres et des lois.
Pourquoi cette liberté de la presse est-elle si importante, comme l’ont rappelé de nombreux responsables ou citoyens lors des manifestations suite à l’attentat de Charlie Hebdo ? Parce qu’elle permet aux habitants d’un pays de s’informer le plus correctement possible pour, ensuite, se faire leur propre opinion. La liberté d’expression et la liberté de la presse sont donc indispensables pour qu’un pays soit une démocratie. À l’inverse, dans les dictatures, les dirigeants font tout pour supprimer ces droits fondamentaux et ainsi faire en sorte que la population pense comme eux.

Anouck Thibaut

Tour du monde de la liberté de la presse

180 pays, classés du vert au rouge

La carte ci-dessus nous montre l’état de la liberté de la presse, pays par pays. Tous ont été coloriés selon que la situation dans le pays est bonne (en vert), plutôt bonne (bleu), moyenne (mauve), difficile (orange) et très grave (rouge).

L’Europe en tête !

Sans surprise, c’est notre continent qui s’en sort le mieux. L’Amérique (du Nord et du Sud) vient ensuite. Tandis que la situation est globalement la plus mauvaise en Afrique, en Asie et en Amérique centrale.

Zoom sur 3 mauvais élèves

  • La Syrie : la situation de la liberté de la presse est très grave, essentiellement à cause de la guerre. Dans pareil cas, les journalistes sont en difficulté et ne peuvent plus faire correctement leur boulot. L’explication ? Les dirigeants veulent contrôler les informations et empêcher que certaines d’entre elles soient diffusées.
  • La Corée du Nord : là-bas aussi, la situation de la presse est dramatique, mais pour d’autres raisons. Ce pays est une dictature : son président interdit à sa population, et aussi à ses journalistes, de penser différemment de lui, notamment en pratiquant la censure.
  • Les États-Unis : bien que la liberté de la presse soit « plutôt bonne » dans ce pays, elle s’est dégradée ces dernières années. La raison ? Pour protéger le pays contre le terrorisme, des mesures ont été prises pour surveiller davantage les journalistes et la façon dont ils travaillent.

La méthode

Cette carte été établie par l’association Reporters sans frontières. Elle tient compte du nombre de journalistes tués ou emprisonnés en 2014, mais aussi des conditions dans lesquelles ils travaillent, notamment au fait qu’ils soient ou non soumis à la censure par les dirigeants.

ZOOM

Déclaration universelle des Droits de l’homme

Voici son article 19 : « Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit. »

En savoir +

  • Plus d’infos sur la liberté de la presse et la totalité du rapport 2014 de Reporters sans frontières : www.rsf.org
  • Un dossier pédagogique sur la liberté d’expression sur www.amnestyinternational.be
  • Un dessin animé C’est quoi la liberté d’expression ?