Vie de parent

Bien bouger, bien manger...
et bien boire de 13 à 18 ans et +

Un premier défi pour les parents : faire manger leurs ados de manière diversifiée et éviter la mitraillette pour le garçon ou le trop-plein de salade pour la fille. Un second défi : les faire sortir du canapé, les bouger de manière raisonnable sans les jeter à corps perdu dans des sports extrêmes. Quelques conseils et bonnes adresses pour y arriver.

Bien bouger, bien manger... et bien boire de 13 à 18 ans et +

PETIT DÉJEUNER : À NE PAS ZAPPER !

Et pourquoi ne pas le redire : le petit déjeuner est le repas le plus important malgré ce que notre ados en pense. À moitié réveillé (trop d’écran, trop longtemps !), il n’a pas très faim et traîne les pieds pour manger sa tartine, heu pardon, son bol de céréales. Si c’est le cas, mieux vaut une bonne tranche de pain gris que toute autre fantaisie : essayez de le convaincre ! Et surtout de la convaincre, car ce sont souvent les filles qui freinent des quatre fers par peur des bourrelets. Une peur inutile. En effet, les nutritionnistes observent au cours de leur pratique que l’ado qui ne mange pas assez de pain a davantage envie de sucreries, le véritable danger pour la sauvegarde de sa taille fine.

Au menu…

Flocons d’avoine ou muesli, œuf à la coque ou au plat, jambon ou blanc de dinde, carré de chocolat, pomme, noix ou amandes…

À lire : 100 aliments IG à volonté, Angélique Houlbert et le Guide des index glycémiques aux Éditions Thierry Souccar.

SURPRENEZ-LE, ACCOMPAGNEZ-LE AUX MATCHS 

Votre ado est plus souvent assis ou à l’horizontale que sur un terrain de sport ? Et quand il s’intéresse à l’une ou l’autre compétition, c’est toujours assis devant son écran ? Si les copains ne réussissent pas à l’entraîner à bouger, tentez votre chance et organisez quelques sorties sportives avec lui, que ce soit des parcours à faire ou des rencontres à voir. S’il a entre 12 et 15 ans, privilégiez les exercices variés et endurants et évitez le travail en force. S’il a 15 ans et plus, aidez-le en lui apprenant à avoir une alimentation équilibrée, encouragez-le à surveiller son poids et à éviter une pratique sportive trop intensive qui pourrait nuire à sa croissance en la ralentissant.

Des idées pour l’initier

  • Sports et activités liées à la montagne à tester gratuitement lors de la journée portes ouvertes au Club Alpin belge de Liège ce 24 mai dès 10h, Carrière de Chokier, rue Houlbouse à 4400 Awirs.
  • Initiation à la pêche au Riveo (Centre d’Interprétation de la rivière) à Hotton.
  • Un essai de Krav Maga Kids à Rixensart, un sport de combat dont la version développée pour les 8 à 17 ans met l’accent sur l’apprentissage moteur, la prévention, le désamorçage de la violence et la prise de décision adéquate en situation de danger.

À lire : Quels sports pour votre enfant ?, par Francine et Patrick Seners, Éditions Thierry Souccar.

QUE MANGER PENDANT LES EXAMENS ?

Les besoins énergétiques pendant cette période sont importants et sans eux les performances de l’organisme ne sont pas suffisantes. Mieux vaut donc ne pas sauter les repas, puisqu’ils permettent de structurer la journée, de découper le temps de travail et de souffler un peu.
Donnez-lui des repas équilibrés en vitamines, minéraux, oligo-éléments, acides aminés et acides gras essentiels. Concrètement, cela signifie que pendant la période des révisions, il faut lui permettre de manger différemment à chaque repas. Le régime hamburger-pâtes, sous prétexte qu’il n’a pas le temps, est à proscrire.
Pour éviter que votre ado ait des coups de pompe, optez pour les aliments à sucres lents comme les pâtes, les légumineuses, les petits pois, les cerises, le pamplemousse, la pomme, la pêche, les yaourts. Et surtout, déconseillez-lui les excitants comme le thé, le café et l’alcool.
Incitez-le aussi à bouger, le sport dynamise le corps, libère l’esprit et aide à lutter contre le stress. Proposez-lui un petit footing d’une demi-heure chaque matin.

GADGETS NUMÉRIQUES : UN PARENT AVERTI…

Il vous demande des gadgets technologiques pour se booster et vous ne voyez pas de quoi il parle. Petit inventaire pour vous aider à dire non… ou oui.

  • GPS adapté au vélo. Le Mio Cyclo 505 HC est un GPS pour vélo à écran tactile. Il est fournit avec une ceinture cardio-fréquencemètre (pas d’intérêt réel pour l’ado) et un capteur de vitesse et de cadence. Ce GPS ne va pas seulement se contenter de lui indiquer quelle route prendre pour se rendre quelque part, mais lui proposer trois parcours suivant l’endroit où il voudra se rendre en l’informant du niveau de difficulté de chacun d’entre eux. Le hic : il coûte 470 €.
  • Mobile Nike SB Skate. Compatible avec iOS7 et gratuite ! Elle met en relation tous les passionnés du skate. Elle créé un réseau entre tous les skateurs et les fans qui pourront interagir et suivre les conseils en temps réel des professionnels.
  • Runtastic ou Runkeeper. Deux applis vedettes de mesure de marche et de course à télécharger gratuitement et qui sont des sortes de coachs personnels.

FOOT : SOYEZ COOL AVEC VOTRE ADO 

Une enquête du Hooger Instituut voor Gezinswetenschappen (HIG) menée auprès de 180 joueurs de moins de 15 ans et de 300 parents venus chaque week-end les encourager le disait déjà : trop d’injures, trop d’agressivité et trop de pression sur les bords des terrains de sport. Hans Van Crombrugge, auteur de l’étude, observe que « beaucoup de parents se focalisent sur les résultats et culpabilisent leurs enfants s’ils ont perdu le match. Ils oublient que leurs gosses sont là pour s’amuser. Après tout, ce n’est qu’un jeu ! »

Parent cool

La Maison des Associations (MDA) a lancé en 2011 le projet Parent Cool qui veut sensibiliser les adultes ainsi que les enfants à la violence existant au bord des terrains sportifs. « Grâce à divers moyens pédagogiques que nous avons élaborés, nous offrons des trucs et astuces en allant sur le terrain, en rencontrant les clubs, les parents et les enfants afin que la pratique sportive reste un plaisir pour tous ».
Vous souhaitez soutenir cette action ? Porter le badge de l’association « Restons Cool » ? Voir votre club participer à l’action ? Infos sur www.mdaamay.be

BOISSONS ÉNERGISANTES : DES EFFETS NÉGATIFS

Pour se réveiller, étudier, faire la fête… les boissons énergisantes sont devenues à grands coups de marketing très à la mode auprès des jeunes. Or, consommées en grande quantité, elles déshydratent le corps et peuvent provoquer des problèmes cardio-vasculaires. À déconseiller fermement, surtout dans le cadre d’un entraînement sportif.

  • Les 80 mg de caféine par canette de 250 ml dépassent la quantité recommandée pour les jeunes de 13-18 ans qui est de 100 mg par jour.
  • Toujours la même canette de 250 ml apporte une quantité de  glucurolactone (un sucre naturellement présent dans l’organisme) équivalente à environ six cents jours d’apports alimentaires.
  • Même chose pour la taurine dont la quantité, dans une seule canette, est dix fois plus élevée que dans l’alimentation quotidienne.
  • Sans compter la présence de sucre équivalent à neuf morceaux, de ginkgo, de ginseng, de kava et autres plantes et herbes dont les effets secondaires sont peu connus.

 Que dire à son ado ?

Une fois ces mises en garde lues, ne vous lancez pas dans un long plaidoyer contre les boissons énergétiques au risque de les diaboliser et de les rendre encore plus attractives ! Essayez de dissuader vos ados les plus jeunes de les boire surtout s’ils font du sport, conseillez aux plus âgés de ne boire qu’une cannette de 250 ml par jour et rappelez-leur que ce type de boisson cache les effets de l’alcool et qu’il ne faut surtout pas tomber dans ce piège. Bon courage !

Sur le même sujet

Bien manger, bien bouger et… bien boire

Et si bien manger et bien bouger partageaient les mêmes principes d’éducation ? Des règles, le sens de l’effort, mais aussi le plaisir et le goût pour une certaine complicité. On mange mieux quand on est ensemble et on est davantage stimulé quand on est plusieurs, même si la discipline sportive est d’abord individuelle.

 

Bien bouger, bien manger... et bien boire de 1 jour à 3 ans

Parler d’alimentation pour les tout-petits est chose (presque) banale. Parler de sport ou plutôt de mise en mouvement des moins de 3 ans est plus rare. Et pourtant, il existe une foule de réalisations qui, hélas, ne sont pas centralisées au niveau de l’information. Et si votre commune peut vous proposer des pistes, elles sont rares pour les tout-petits.

 

Bien bouger, bien manger... et bien boire de 4 à 12 ans

Elle préfère jouer au tennis plutôt que faire ses devoirs ? Ne vous fâchez pas. D’après une étude publiée dans le British Journal of Sports Medicine, il est recommandé aux enfants de pratiquer une heure d’exercice physique par jour. Mais cette activité physique ne servirait à rien si vous ne la conjuguiez pas avec une alimentation suffisante et équilibrée qui se traduit chaque jour par quatre portions de céréales, pains et féculents, trois portions de produits laitiers, deux portions de viande, poissons ou œufs.

 

Comment prévenir la dépression chez nos ados ?

7% des ados belges sont en dépression grave, selon l’Organisation mondiale de la santé. Et si on évitait qu’ils passent à l’acte irréparable ? La province de Liège veut s’inspirer de l’expérience québécoise Je tiens la route, pour prévenir le suicide chez les jeunes.

 

Les ados obèses risquent 2 fois plus le cancer

L’obésité chez les jeunes pourrait favoriser le cancer de l’intestin. Voici quelques astuces pour aider les adolescents à bien manger, tout en conservant le plaisir.

 

La malbouffe : un mauvais moment à passer

Après de belles années de repas équilibrés concoctés soigneusement par les parents, la plupart des ados passent par une phase snacks, chips, sodas, fast-food. Ils boudent les fruits et les légumes, zappent le petit déjeuner et avalent des quantités monstrueuses de pâtes. Est-ce vraiment grave ? Réponses avec Émilie Pinchart, diététicienne-nutritionniste.

 

Tout est (presque) bon dans le sport pour les ados

Il bouge trop ? Pas assez ? Le sport qu’il pratique est-il à sa mesure ? En pleine croissance, l’ado a besoin de se dépenser, mais pas n’importe comment. Thibault Leroy, kinésithérapeute sportif, vous aide dans votre choix.