Vie de parent

Cantine : le chaud, jamais gratuit !

C’est le repas tartines qui remporte tous les suffrages puisque vous êtes 60 % à préparer (ou à superviser) la boîte de pique-nique, chaque petit matin. Reste les 40 % des enfants qui prennent le repas chaud. Pour quel prix en moyenne ? Et les frais de chaise ? Quelques chiffres pour évaluer le coût du temps de midi.

69 % des enfants de maternelle paient leur repas chaud entre 1 et 3 €

Ce sont les plus petits qui pèsent le moins lourd sur le portefeuille de papa-maman puisque ces derniers sont près de 3 enfants sur 4 à payer moins de 3 € le repas chaud. Même proportion en primaire, à quelques détails près.
En secondaire, les prix de la cantine se confondent avec la mitraillette ou le dürüm qui se mange au coin de la rue. Près de 45 % des parents paient entre 4 et 6 € pour nourrir leur plus grand contre 55 % qui réussissent à ne pas dépasser les 3 €. Une évidence : rien de gratuit dès qu’on mange chaud !
Comment vous les payez, ces euros ? C’est lors de ces petits frais qui courent tout au long de l’année qu’on assiste encore à beaucoup de flux monétaires en classe. Si 1 parent sur 2 paye les repas chauds par virement bancaire, il y a encore 1 enfant sur 3 à qui on confie l’enveloppe avec les sous pour la cantine à remettre entre les mains de l’instituteur ou de l’institutrice !
Pour les parents en difficulté financière, il est possible de recevoir l’autorisation d’étaler les payements. Aujourd’hui, 1 parent sur 3 bénéficierait de cette mesure. Pas sûr que tous les parents qui auraient droit à ce coup de pouce soient informés de son existence.

56 % des enfants doivent payer pour manger assis à Bruxelles

smileyBonne nouvelle pour les petits Wallons : ils sont 80 % à bénéficier d’une garderie gratuite à midi !
sad Tant mieux, car ce n’est pas le cas pour les Bruxellois qui ne sont plus que 45 % à ne pas avoir de frais de chaise, comme on dit dans les milieux avertis. Pour les autres 40 %, le prix est certes modique (moins de 1 €), mais il existe. Et pour le petit 10 % restant, il monte à plus de 1 €, ce qui, nous l’espérons, est une chaise de luxe.
Pas étonnant, dans ces conditions, que 21 % des parents interrogés estiment que la garderie du midi devrait être gratuite. À quand des frais de chaise distribués de manière équitable d’une Région à l’autre ?

Myriam Katz

Zoom

Boîtes à tartines, boîtes à goûter : même combat

Diversifier, c’est le maître-mot pour une bonne alimentation. Et pour accompagner ce mouvement, les boîtes à tartines se mettent aussi au goût du jour avec une série de petits compartiments dans lesquels vous pouvez mettre la salade composée (pâtes, pommes de terre, riz avec viande, poisson ou œuf), le yaourt, les quelques noix… sans que tout se mélange.
Côté gourde, on affiche aussi la nouveauté avec une gourde qui se ferme automatiquement après chaque gorgée afin d’éviter toute fuite. À vous de voir si les gourdes plus classiques ne sont pas plus pédagogiques pour apprendre à l’enfant à fermer un récipient…

Y avez-vous pensé ?

  • Beaucoup d’enfants en maternelle reviennent avec leur boîte à tartines à moitié pleine pour des raisons très pratiques. À midi, les enfants ont peu de temps pour manger (30 minutes quand il y a plusieurs services). Il suffit que le môme tombe sur un récipient dont le couvercle lui résiste pour perdre déjà de précieuses minutes. Pensez donc à tester l’ouverture de la boîte avec lui avant de l’acheter. Et ne comptez pas sur les surveillantes, déjà débordées, qui se disent en le voyant peiner : « Tant pis, il faut qu’il se débrouille ».
  • Si vous avez la chance d’aller chercher votre enfant suffisamment tôt à l’école, profitez-en pour lui concocter un bon goûter. Ce troisième repas n’est pas facultatif. Allié de la santé, il permet de lutter contre le surpoids, pourvu qu’on respecte quelques règles. Ce mini-repas se compose d’un produit laitier pour le calcium, d’une boisson saine pour s’hydrater (eau, jus de fruit frais sans sucre ajouté…), d’un produit céréalier pour refaire le plein d’énergie, d’un fruit de saison pour les fibres et les vitamines.

 La Ligue des familles demande…

… que le temps de midi soit enfin reconnu comme un temps pédagogique.

Si cette demande a été partiellement entendue - un cahier des charges sur l’alimentation dans les cantines existe aujourd’hui et est appliqué dans un petit tiers des écoles -, la Ligue plaide pour que cette démarche soit généralisée. Une nécessité en matière de santé publique quand on sait que 1 enfant sur 5 est en surpoids.