12/15 ans

Choix d’une école secondaire :
tous dans les starting-blocks !

Vous avez sans doute l’impression que l’année scolaire vient à peine de commencer. Pourtant, si votre enfant est en 6e primaire, vous pensez sans doute déjà à son inscription en 1re secondaire. Et vous avez raison. Dès le 18 février, la session est ouverte. Voici une check-list non exhaustive qui vous aidera dans le choix de son école. À vous de cocher les critères importants - ou pas ! - à vos yeux.

Choix d’une école secondaire : tous dans les starting-blocks ! - Thinkstock

Proximité

C’est le critère numéro 1 pris en compte lors du classement d’élèves surnuméraires inscrits au sein d’un établissement. Distance entre le domicile et l’école secondaire ; distance entre le domicile et l’école primaire fréquentée par l’enfant au moment de son inscription ; distance entre les deux écoles : plus ces distances sont courtes, plus l’élève a des chances d’aboutir dans l’école de son choix.

Filières

En 3e secondaire, les élèves peuvent choisir leur filière (générale, technologique, technique et professionnelle) et leurs options. Le nombre d’options proposées est pléthorique et varie d’une école à l’autre. Mieux vaut tenir compte dès la 1re secondaire de l’envie de votre enfant pour éviter un changement d’école en 3e année.

Coût

En principe, l’école est gratuite : les établissements secondaires de la Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB) et ceux subventionnés par la FWB ne peuvent réclamer de minerval. Ils peuvent toutefois réclamer des frais qui varient d’une école à l’autre, même s’ils sont réglementés par la Communauté française (activités sportives et culturelles, photocopies, prêt de matériel, outillage...). Si vous le souhaitez, vous pouvez obtenir une estimation du montant des frais réclamés par l’établissement avant d’y inscrire votre enfant (voir aussi la liste des frais interdits).

Qualité

Notion souvent associée aux écoles élitistes qui travaillent avec les meilleurs élèves, laissant les autres se débrouiller. Choisir ce genre d’école peut ne pas convenir à votre enfant qui sera plus à l’aise dans un établissement où l’attention est portée à chacun, pris en considération en fonction de son niveau de capacité. N’hésitez pas à vous informer : en rencontrant la direction, des enseignants, en participant à des séances d’informations qui permettent d’affiner son jugement.

Soutien scolaire

L’école propose-t-elle un service d’étude pour vous éviter de vous coltiner les leçons ? A-t-elle mis en place un service de remédiation ? Des questions essentielles à vous poser, surtout si votre enfant a connu des difficultés en primaire.

Réputation

S’il est un critère subjectif, c’est bien celui-ci. Difficile de savoir ce qui fait - et défait - la réputation d’un établissement scolaire. Pourtant, cette notion existe bel et bien et est ancrée dans les esprits. Avis des autres parents, des connaissances, souvenirs de sa propre scolarité… En règle générale, réputation rime avec discipline. À ce titre, le règlement d’ordre intérieur constitue un bon étalon pour vous faire une idée plus claire de l’organisation de l’école.

Bi ou multilinguisme

Immersion ou pas ? Là encore, un phénomène de mode, mais qui semble séduire de plus en plus de parents. Le hic : il y a plus d’écoles primaires qui la pratiquent que d’écoles secondaires. D’où un nombre affolant d’élèves contraints de rejoindre un enseignement « classique » en 1re secondaire. Bon à savoir : le décret Inscription accorde un bonus supplémentaire aux élèves inscrits en immersion dès la 3e primaire pour entrer dans une école secondaire la pratiquant également.

Mixité sociale

Certains parmi vous souhaitent un milieu multiculturel pour leur enfant, à l’image de notre société qui se diversifie de plus en plus. Et le décret Inscription va dans ce sens : favoriser la mixité sociale en donnant la priorité aux élèves issus d’écoles primaires moins favorisées.

Caroline Van Nespen

Liens utiles

EN PRATIQUE

Inscriptions en secondaire : il est temps !

Comment inscrire mon enfant ? En remplissant le formulaire d’inscription fourni par votre école lors d’une séance d’information, d’un contact individuel ou par courrier recommandé reçu avant le 25 janvier. Vous l’avez perdu ? Duplicata possible en appelant le 0800/188 55.

Quand inscrire mon enfant ? Entre le lundi 18 février et le vendredi 8 mars inclus. À cette étape, on ne tient pas compte de l’ordre d’arrivée des formulaires. Petite séance de rattrapage à partir du 29 avril. Dans ce cas, l’inscription se fait selon l’ordre chronologique à la suite des élèves inscrits précédemment.

Où inscrire mon enfant ? Dans l’école secondaire de votre préférence. Si votre cette préférence ne peut être satisfaite, on tiendra compte de vos autres choix - jusqu’à neuf autres écoles, mentionnées dans le formulaire unique.

Où introduire la demande d’inscription ? Présentez-vous dans l’école de votre première préférence avec le formulaire unique d’inscription vérifié et complété ainsi que le volet confidentiel. Vous recevrez un accusé de réception mentionnant les informations utiles en cas de classement des demandes d’inscription. Vérifiez ces informations avant de signer.

Sur le même sujet

Bilinguisme : à chaque école son immersion !

« Tous bilingues en 2001 ! », proclamait en 1996 la ministre de l’Enseignement de l’époque, Laurette Onkelinx. Excès d’optimisme ! Le bel objectif n’est toujours pas atteint mais, sur le terrain, les possibilités d’apprendre une deuxième langue se multiplient. L’enseignement en immersion, par exemple, se développe rapidement en Fédération Wallonie-Bruxelles. Alors que dans l’enseignement fondamental, huit établissements seulement le proposaient en 1999, il existe maintenant dans 158 implantations)

 

Hyper-parents... enfants super : l'école

La crise économique n’a fait qu’amplifier un sentiment partagé par beaucoup de parents : pas toujours simple pour nos jeunes de trouver leur place dans la société. Cela signifie-t-il que l’on doive toujours être dans les meilleurs, écraser les autres pour faire son trou ? Faut-il être à cran comme parent ? Pratiquer le lâcher prise ? Rester observateur attentif ? Chacun a sa réponse à ces questions. Ses convictions. Mais l’école ? Doit-elle être le reflet de cette compétition, parfois acharnée, de ce « struggle for life » ou, au contraire, doit-elle aller à l’encontre d’une tendance générale à la compétition ou en appeler à d’autres moteurs comme la solidarité entre élèves ? Un débat sans cesse remis sur la table, à chaque nouvelle génération d’élèves.

 

Il ne faut pas être une « grosse tête » pour choisir les sciences !

On le répète à l’envi : les temps changent. Et très vite. Ah bon ? Quand on regarde le taux de fréquentation des études scientifiques par les filles dans nos universités francophones par exemple, rien ne semble vraiment progresser. Mais pourquoi cette réticence féminine à choisir une orientation scientifique ? Le réseau BeWiSe - Femmes et sciences en Belgique tente de comprendre et défend la participation des femmes à ces disciplines. 

 

Les difficultés scolaires : une question d'amour

Parmi les facteurs de réussite à l'école, on cite souvent les capacités intellectuelles, le goût de l'effort, l'influence du milieu social ou culturel. Dans son livre, Réussir à l'école : une question d'amour ? (Larousse pratique), Stéphane Clerget, pédopsychiatre, affirme que l'amour est, lui aussi, décisif. Rencontre.

 

Pierre Pirard : un virage… à 180°

Pierre Pirard est passé du costume de PDG (président-directeur général) à celui de pdg (prof de gestion). Un changement de carrière brutal à l’approche de la cinquantaine qui l’a emmené vers un nouvel horizon : celui d’une école à discrimination positive de Molenbeek. Un drôle de voyage.