Vie de parent

Crèches : le préavis de grève est levé
pour ce lundi

Soulagement organisationnel pour certains parents, ce vendredi. Un préavis de grève dans le secteur de l'Enfance avait été déposé en front commun (CNE, Setca et CGSLB) pour le lundi 28 juin. II est finalement levé et les crèches resteront ouvertes.

Crèches : le préavis de grève est levé pour ce lundi

Nous avons déjà évoqué ce conflit social dans le milieu de l'accueil de la petite enfance. Ce lundi, un nouveau mouvement de grogne était prévu en front commun syndical. En gros, les syndicats contestent notamment un nouveau contrat de gestion qui remet en cause les engagements du précédent gouvernement sur une augmentation du personnel d'encadrement dans les centres d'accueil de la petite enfance.

Ce matin, dans un communiqué commun, les syndicats ont donc levé le mot d'ordre de grève qui avait été lancé pour lundi dans les crèches. Ce communiqué s'énervait, notamment, du manque de rapidité dans la diffusion officielle des décisions prises au niveau du gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Décisions qui semblaient aller dans le sens des demandes syndicales et, donc, mener à une levée du mot de grève.

Apaisement, donc ? Pas si vite, dans leur communiqué, les syndicats préviennent : « La colère du personnel est réelle. La méfiance vis-à-vis de ce gouvernement est majeure. L’éloignement entre la population et le fonctionnement politique se renforce terriblement par ce genre de jeu politicien ». Néanmoins, les avancées sont là.

Une enveloppe de 5 millions pour la petite enfance

Du côté de la FWB, il a donc été décidé de débloquer 5 millions pour le secteur de la petite enfance. « Une moitié de l’enveloppe, soit 2,5 millions, sera consacrée à renforcer les équipes, par l’augmentation du temps de travail du personnel à temps partiel ou des embauches compensatoires ».

Selon la Fédération, « Ces renforts permettront l’octroi de jours de congés supplémentaire aux personnels du secteur de l’enfance (deux jours pour les travailleurs âgés de plus de 45 ans, un jour pour les autres). Les acteurs de l’Enfance relevant du secteur public bénéficieront également de ces moyens et décideront de leur affectation dans les instances de concertation concernées. L’autre moitié de l’enveloppe sera consacrée à la transposition d’une partie des postes d’accueillantes conventionnées en postes d’accueillantes salariées dès 2021 ».

Au cabinet de la ministre de l'Enfance, on ajoute qu'afin « de réaliser les objectifs contenus dans le contrat de gestion et au bénéfice des générations futures, la dotation de base de l’ONE sera augmentée de 60 millions d’euros d’ici 2024, ce qui constitue un budget historique pour le secteur de l’Enfance. C’est en effet une augmentation de 10% par rapport à ce qui est actuellement alloué ».

Les points positifs selon les syndicats

Les syndicats ont relevé dans les décisions prises ces dernières heures des réponses à leurs revendications. Parmi celles-ci :

► l'approbation du protocole concernant les jours de congé (1 jour pour tous et un deuxième après 45 ans) ;
► l'intégration dans le Contrat de gestion de la possibilité d’affecter une partie des nouveaux subsides à l’augmentation du nombre d’accueillantes auprès des enfants ;
► la volonté réaffirmée d’entamer pendant cette législature la réforme de l’Accueil Temps Libre (accueil extra-scolaire) ;
► un budget supplémentaire pour négocier un accord social non-marchand.

Autant d'éléments qui ont, visiblement, permis de relâcher la pression.

T. D.