Vie de parent

Les activités au quotidien

L’extrascolaire, c’est d’abord le foot, la danse, la psychomot’ après 16 h plutôt qu’attendre papa et maman à la garderie. C’est aussi le foot, l’équitation, les scouts, le week-end. Zoom sur l’agenda - parfois digne de celui d’un ministre - de nos 3-15 ans.

32 % des enfants de primaire ont trois activités par semaine

Eh bien, oui, un tiers de nos 6-12 ans ont de véritables agendas de ministre ! Heureusement, en maternelle, ils ne sont que 20 % à mener une vie aussi trépidante, puisque 36 % des petits ont une seule activité par semaine.
Si certains mômes passent du sac de sport à l’instrument de musique sans oublier la salle de spectacle, d’autres rêveraient peut-être d’en faire autant, mais, hélas, les finances des parents ne peuvent pas suivre. En effet, plus de 1 enfant sur 5 (tous âges confondus) dont les parents sont seuls ne sont inscrits qu’à une seule activité. L’argent reste donc, même pour l’extrascolaire, le nerf de la guerre.

88 % des parents veulent d’abord que leurs enfants s’amusent

Évidemment ! C’est ce que tous les parents du monde souhaitent : savoir leur enfant heureux, surtout quand ils sont loin de lui. Mais 1 parent sur 2 avoue quand même des raisons très pratico-pratiques : il s’agit de faire garder son enfant pendant qu’il est au turbin, et tant mieux si, en plus, il s’amuse !
L’extrascolaire ne serait-il pas aussi l’occasion de pousser les mômes à être davantage performants ? Époque oblige, un tiers des parents attend de l’extrascolaire qu’il participe aux apprentissages et à l’acquisition de nouvelles compétences.

41 % des parents dont les enfants ne sont pas inscrits à des activités extrascolaires gagnent moins de 1 500 € par mois

Ce n’est donc pas un hasard : le coût des activités, que ce soit le week-end ou en semaine, reste trop élevé pour les familles les moins aisées (Lire en page 14). Parmi ces parents qui ont des difficultés à payer l’extrascolaire, il y a évidemment les parents solos. Ils sont 58 % à le déclarer contre 26 % de parents en couple.
Il existe pourtant de nombreuses animations sportives ou artistiques peu coûteuses, dans le cadre de la commune notamment. Mais quel budget faut-il réellement prévoir ? Quelques éléments de réponse ci-dessous…

40 % des parents déclarent payer moins de 50 € par mois pour les activités de leur(s) enfant(s)

La majorité des parents réussissent quand même à ne pas dépenser plus de 50 € par mois pour les activités d’après 16h et du week-end de leur enfant. Ils sont un quart à payer entre 50 et 100 € par mois et à peu près le même nombre à débourser entre 100 et 200 € par mois. 18 % des parents seuls disent même avoir réussi à ne pas dépasser les 30 € pour le mois.
Il est donc possible, et ce par sa commune principalement, d’avoir accès à des activités extrascolaires abordables. Il n’en reste pas moins qu’un gros tiers des parents dit avoir dû rogner sur des dépenses de santé, d’alimentation ou autres. 50 € par mois, multipliés par le nombre d’enfants, cela peut déjà être, pour les familles qui ont un revenu mensuel de moins de 1 500 €, une lourde charge. Elles sont 84 % à avoir dû arbitrer leurs dépenses. À cela, rajoutons les frais de crèche pour un éventuel plus petit… Oui, la garde des enfants peut coûter très cher.

77 % ont inscrit leur enfant à des activités sportives

Confirmation de ce que nous vous annoncions dans les pages précédentes, le sport est le grand élu. Suivi, loin derrière, par les activités artistiques et créatives et d’expression corporelle (37 % et 36 %).
À l’autre bout, on retrouve l’atelier d’informatique qui ne serait choisi que par 0,37 % des parents. Rhâââ, drôle d’époque. Les parents croient-ils que les enfants ne s’amusent pas en faisant de l’informatique ? Quant au soutien scolaire, près de 3 % des parents y auraient inscrit leur gosse après 16h ou durant le week-end.

51 % des parents ne se sentent pas assez informés sur les activités proposées pour la semaine et le week-end

Les informations seraient-elles plus ardues à trouver pour l’extrascolaire au quotidien que pour les stages durant les petites et grandes vacances ? C’est en tous les cas ce que nous soufflent les chiffres du sondage… (Lire en pages 18-19).
C’est le bouche à oreille, suivi de près par le web, qui informe principalement les parents (63 % et 60 %).
Un quart des pères et mères a quand même compris que la commune est une mine d’informations. Quant à l’école, elle a joué son rôle pour 31 % des parents.

85 % des parents sont satisfaits par les activités extrascolaires proposées à leurs enfants

Cette cascade de chiffres pourrait nous laisser l’impression de parents déconfits et grognons. Eh bien, non ! Ils sont 85 % à exprimer leur contentement.
Seul point noir au tableau, les prix de ces activités, qui sont pour 64 % des parents parfois un peu difficiles à digérer, et particulièrement pour ceux qui vivent à Bruxelles (47 % contre 39 % des familles wallonnes). Ces parents gênés aux entournures n’orientent sans doute pas suffisamment leurs recherches vers la commune ou l’école qui rassemblent généralement les propositions les moins coûteuses (Lire l’encadré ci-dessous).
Les horaires restent aussi une préoccupation pour 42 % des parents, particulièrement ceux qui habitent la Wallonie. Enfin, et c’est une bonne nouvelle, moins de 16 % des parents sont insatisfaits de la qualité des activités et de leur encadrement.

Myriam Katz et Yves-Marie Vilain-Lepage

Des parents en parlent...

« Touche pas à mes activités »

Nous ne roulons pas sur l’or, mais s’il y a bien un poste de dépenses pour lequel je ne fais aucune coupe, ce sont les activités. Et là, on peut dire que ma fille enchaîne. Violon, piscine, théâtre, logopède et danse. C’est beaucoup, mais chacune de ces activités compte énormément pour elle.
Catherine, maman d’une fille de 7 ans

« Vive les apprentissages »

Les copines, la discipline, le fait d’apprendre. On ne leur colle aucune pression et ce que je trouve génial là-dedans, c’est qu’elles cumulent plein de bonnes bases d’apprentissage. On verra bien ce que ça donnera.
Cathy, maman de deux filles, 7 et 9 ans

« Pour pas cher »

J’imagine qu’aucun bon parent ne vous l’avouera mais, pour nous, le prix est décisif dans l’éventail des activités. On inscrit nos enfants le mercredi où une asbl organise des activités dans l’école et passe chercher nos enfants en classe. Ça ne coûte pas cher. On passe les récupérer en fin de journée après le boulot et ça arrange tout le monde. Mais ça fait moins bien que faire du yoga ou du violoncelle, c’est sûr !
Philippe, papa de deux enfants de 8 et 12 ans 

« Une fortune ! »

On paye une fortune les activités à côté des écoles de nos enfants. Et en plus, l’un de nous fait le choix de ne pas travailler le mercredi après-midi pour courir à droite et à gauche. Ça aussi, c’est un coût.
Félix, papa de jumeaux en secondaire

« Comme les copines »

Jusqu’à l’an dernier, on imposait un peu. De façon autoritaire, mais sans trop le faire sentir. En gros, on laisse le choix entre deux activités qui nous arrangent. Ce qu’on fait toujours avec la petite de 6 ans. Et cette année, on a laissé la grande choisir toute seule. Eh bien, au moment de choisir, elle était perdue. L’offre étendue lui a fait perdre pied. Au final, elle a tout simplement décidé de faire comme ses copines.
Étienne, papa de deux filles de 6 et 13 ans  

« Pas terrible, l’info »

Depuis qu’elles sont toutes petites, notre seul et unique moyen d’information, c’est le bouche à oreille. Après, dès que l’on entend parler d’un club ou d’une école de musique par exemple, on a le réflexe avec mes filles de regarder sur internet ce que les uns et les autres en pensent. De manière générale, je trouve que les infos manquent.
Manue, maman de deux jeunes filles de 13 et 15 ans

Le top des activités

77 % ont des enfants qui pratiquent un sport.
37 % ont des enfants qui suivent la musique, le chant, le théâtre, etc.
36 % ont des enfants inscrits à la danse, la psychomotricité, la gymnastique, etc.
24 % ont des enfants qui rejoignent un mouvement de jeunesse le week-end.
1 % a des enfants qui suivent un atelier d’expression écrite.
0,40 % a des enfants inscrits dans un atelier d’informatique.

Budget moyen dédié aux activités de la semaine
et du week-end