Vie de parent

Fortes chaleurs :
puis-je donner de l’eau du robinet
à mon bébé ?

Oui, bébé peut boire de l’eau du robinet en Belgique. Mais il y a tout de même certains points sur lesquels il faut rester prudent. L’Office de la Naissance et de l’Enfance, l’ONE, applique un principe de précaution : pas avant l’âge de 4 mois. Le but : éviter que certains résidus ne soient absorbés par un système rénal qui n’est pas encore assez mature. Voici quelques principes à connaître avant de donner de l’eau du robinet à bébé.

Fortes chaleurs : puis-je donner de l’eau du robinet à mon bébé ?

Évitons tout malentendu, un nouveau-né doit avant tout être hydraté avec du lait. S’il est allaité au sein, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) donne même le conseil d’éviter de donner de l’eau en complément avant l’âge de six mois. « Le lait maternel se compose d’eau à plus de 80 %, en particulier au début de chaque tétée. Donc, dès qu’une mère pense que son enfant a soif, elle peut l’allaiter. Le nourrisson étanchera ainsi sa soif et continuera d’être protégé contre les infections, et sa croissance sera favorisée. Les nourrissons n’ont pas besoin d’eau avant l’âge de 6 mois, même en climat chaud », indique l’OMS.

Pour les autres, il faut choisir quelle eau mélanger avec le lait en poudre : robinet ou bouteille ? « Il n’y a aucun souci avec l’eau du robinet, répond Marc Gerlache, responsable qualité eau à la Compagnie Intercommunale Liégeoise des Eaux (Cile). En Belgique, l’eau est potable partout et les normes sont basées sur les recommandations de l’OMS : l’eau est destinée à la consommation humaine tout au long de sa vie… et donc aussi pour les nourrissons ».

À l’ONE, Cléo Rotunno, diététicienne, est plus précautionneuse. « « Avant 4 mois, on utilisera de l’eau en bouteille dont la teneur en résidus secs totale est inférieure à 500mg/l. Cette information est indiquée sur l’étiquette de la bouteille. Cela permet de limiter la quantité de minéraux ingérée par le nourrisson, dont les reins ne sont pas encore matures. C’est une recommandation générale ». Si l’ONE est prudente, c’est parce qu’il y a certaines conditions à respecter pour donner l’eau du robinet à bébé. Elles sont détaillées dans un avis du Conseil supérieur de la santé, mais aussi par nos deux interlocuteurs.

Attention aux vieilles installations en plomb

Les installations qui datent d’avant 1965 contiennent parfois encore du plomb, explique Marc Gerlache. « On ne le sent pas et, pourtant, cela a un impact néfaste sur les nourrissons car le plomb ne s’élimine pas ou peu et s’accumule dans l’organisme ».

Conséquence ? En trop grande quantité, il peut avoir un effet sur le système nerveux, sur les capacités intellectuelles. Depuis plusieurs années, les distributeurs d'eau wallons investissent pour remplacer tous les raccordements en plomb encore présents sur le réseau. Cette mesure ne peut être efficace que ci, conjointement, les propriétaires font de même avec leurs anciennes installations intérieures encore constituées en plomb. Si vous habitez une vieille bicoque, c’est le moment de vérifier.

Gare aux mélanges avec l’eau de pluie

Certaines familles ont une installation d’eau de pluie ou un puits qui servent à tirer la chasse d’eau, par exemple. Et quand il n’a pas plu depuis longtemps, elles décident de basculer vers l’eau de distribution. « Attention à la vanne, prévient Marc Gerlache, elle n’est parfois pas hermétique. L’eau de pluie se mélange avec l’eau courante et l’eau est contaminée. Ce type de dispositif est interdit par la législation. La séparation physique complète des deux circuits d’eau est obligatoire. » À éviter donc.

Et les perturbateurs endocriniens ?

Tout comme dans l’eau en bouteille, il peut y avoir des traces de perturbateurs endocriniens dans l’eau courante. « Mais ce sont de trop faibles quantités pour être nocives, précise Marc Gerlache. Elles peuvent être absorbées par le nourrisson sans que cela ne soit toxique ». L’ONE ajoute : « Pour l’eau en bouteille, il faut éviter de la laisser à la chaleur car c’est à ce moment que certaines molécules du plastique de la bouteille migrent dans l’eau. »

Éviter le plastique et la chaleur

Privilégiez le verre ou l’inox et nettoyez-les bien. « Si c’est de l’eau du robinet, laisser couler l’eau pendant quelques secondes avant de remplir le contenant, conseille Cleo Rotunno. Cela permet d’éviter d’avoir de l’eau qui a stagné dans le récipient. Il est aussi préférable de donner de l’eau fraîche et régulièrement par ces fortes chaleurs. » Même conseil de la part de notre responsable qualité eau liégeois : « Évitez de préparer les biberons à l’avance car ils risquent de chauffer. Les nitrates vont se dégrader avec la chaleur et se transformer en nitrites, dangereux pour les nourissons. »

Pas d’adoucisseur d’eau

Les filtres et autres adoucisseurs d’eau sont à éviter avec les bébés. « Des ions de sodium sont utilisés pour filtrer l’eau, explique la diététicienne de l’ONE. Or, le sodium est un résidu que l’on essaye de ne pas avoir ou en tout cas en très faibles quantités avec les bébés ». Avec le sodium, il y a aussi le nitrate, le nitrite, le plomb et le fluore. Toutes ces indications se trouvent sur l’eau en bouteille mais sont aussi disponibles auprès de votre fournisseur d’eau de distribution. De quoi vérifier que les teneurs sont bien en dessous de ce qui recommandé par le Conseil supérieur de la santé. On vous le met en encadré pour info. Mais comme le dit Cléo Rotunno à l’ONE : « On comprendrait bien que les parents n’ont pas forcément le temps d’aller vérifier tout ça ! ».

Marie-Laure Mathot

Eau de distribution : les limites indiquées par le Conseil supérieur de la santé

► Fluor < 1 mg/l
► Nitrates < 25 mg/l
► Plomb < 10 μg/l
► Sodium < 50 mg/l

Réglage des cookies