Vie de parent

Jouer… pour occuper ses mains

Ils se font malaxer, découper, peinturlurer… ou encore retourner dans toutes les positions, avant de déboucher sur l’œuvre du jour ! Les jouets de bricolage et les jeux abstraits exercent tantôt l’habileté des mains, tantôt directement les neurones. Des cadeaux à offrir avec parcimonie : certains enfants en raffolent, d’autres y sont allergiques.

Jouer… pour occuper ses mains

Super Sand (Goliath)

Une nouvelle matière surprenante, couleur sable, qui n’est pas de la pâte à modeler : plus douce et plus légère, elle peut aussi être malaxée, puis façonnée. Pour s’occuper les doigts en faisant travailler son imagination et créer librement personnages et autres petites constructions. Fournis aussi dans la boîte : des formes (comme celles que l’on utilise dans le sable) et des petits outils pour faire des bâtiments plus élaborés, comme des châteaux. Pratique : cette pâte ne sèche pas et peut donc être réutilisée. Dès 4 ans

La boîte de ce jeu, images à l’appui, nous fait miroiter une matière qui ressemblerait à du « vrai » sable. Rassurez-vous, ce matériau innovant ne s’éparpille pas dans tous les coins comme le sable fin du bord de mer. Une déception, cependant : les modèles annoncés sur la boîte sont irréalisables pour un enfant. Plus généralement : contrairement aux petites boutiques de jouets, les grandes surfaces ne vous permettent pas d’ouvrir les boîtes pour évaluer ce qui s’y trouve, ce qui peut réserver des (mauvaises) surprises.

Mako Moulages (Mako Créations)

Des moules, du plâtre et de la peinture : tous les ingrédients pour occuper les doigts de vos bambins durant les week-ends d’hiver. Un jouet qui, comme tous les bricolages, stimulera dextérité et créativité. Avec, en prime, la fierté de réaliser un petit objet à exposer. Plusieurs thèmes, très classiques, sont disponibles : animaux de la ferme ou de la savane, chevaux et Schtroumpfs. Dès 6 ans

Nostalgie encore avec le retour de ces moules souples et rouges qui n’ont pas bougé d’un iota depuis les années 1980. Et si vous vous faisiez aussi plaisir en vous retroussant les manches avec vos bambins ? Ils ne demandent que cela ! Dernière ce come-back, une belle histoire : celle d’une mère de famille française qui s’est démenée pour sortir ce grand classique de l’oubli, racheter la marque et créer sa propre entreprise.

Kit de couture (Alex)

Une jolie boîte avec des boutons et du fil de toutes les couleurs ainsi que des aiguilles, des ciseaux, un dé… Au total, 125 petits éléments pour faire ses premiers pas dans l’univers de la couture. Ce kit contient aussi des pièces prédécoupées et du rembourrage pour réaliser, en suivant les instructions, un hérisson, une chouette ou un renard rigolos. Une activité qui développera la dextérité, la fine motricité, la patience et la précision de votre enfant. Dès 7 ans

Une nouveauté qui devrait séduire les mamans et les grands-mères désireuses de transmettre leur passion à leurs (petits-)enfants ou - pourquoi pas ? - de découvrir cette activité en même temps qu’eux. Sympas aussi, les couleurs acidulées du matériel qui font de ce kit un « vrai » produit pour les enfants et non une pâle copie du matériel destiné aux adultes.

Jouer… pour faire travailler ses neurones

Puzzle Sparky’s garage (Crocodile Creek)

Deux bonnes raisons de sortir ce puzzle (36 pièces, de grande taille) du lot. L’originalité de son dessin, comme tous ceux de cette marque américaine : réussir le difficile pari de plaire autant aux adultes qu’aux enfants. Et aussi sa boîte, robuste, en forme de maison : un objet qui peut donc servir d’élément de jeu et de décor pour faire évoluer autos et autres personnages. Autres thèmes dans cette même gamme : les chevaux et les pompiers. Un jouet à proposer à votre bambin pour qu’il apprenne (progressivement) à jouer tout seul, tout en développant concentration, patience, sens de l’observation et fine motricité. Dès 3 ans

Il n’aime pas les puzzles ? N’insistez pas : il développera ses neurones via d’autres jeux, ceux de construction notamment. Autre conseil : ne vous fiez pas à l’âge indiqué sur la boîte, mais choisissez, au fur et à mesure qu’il grandit, un puzzle avec davantage de pièces.

Gravity Maze (Thinkfun)

Un casse-tête qui revisite le principe de la descente de billes. Le but du jeu ? Disposer des tours colorées sur le plateau de manière à ce que la bille prenne le bon chemin à l’intérieur de celles-ci en allant du point de départ au point d’arrivée. Avec 60 défis à résoudre. Un jeu qui fait travailler les méninges, plus particulièrement l’orientation dans l’espace et l’anticipation. Dès 8 ans

Un jouet apparemment abstrait, mais qui a plusieurs atouts. Comme tous les casse-têtes, il se joue seul : de quoi distraire votre enfant quand il s’ennuie. Il est évolutif, voire même addictif : les 60 défis proposés sont de plus en plus compliqués. Parions qu’une fois votre gamin ou gamine au lit, c’est vous qui vous y collerez.

Simon Swipe (Hasbro)

Souvenirs, souvenirs encore avec ce jeu électronique qui fit fureur dans les années 1980 et qui nous revient : à offrir à votre enfant, rien que pour lui raconter à quoi ressemblait vos jouets quand vous étiez petit ! Mais pas seulement, puisque comme son ancêtre, ce Simon nouvelle génération fait travailler les neurones et plus particulièrement la mémoire, le but étant de reproduire des séquences, dictées par la machine, en appuyant sur une des quatre touches colorées. Intéressant et rare : ce jeu de mémoire se base sur la vue, mais aussi sur l’ouïe, puisque des sons différents sont émis selon les touches. Dès 8 ans

L’an dernier déjà, dans ce même dossier jouets, le Ligueur avait mis en avant les jouets vintage. Certains d’entre vous nous avaient alors interpellés en se montrant un peu déçus de ne pas avoir retrouvé exactement le même produit que jadis. On prévient donc ceux qui sont sujets au vague à l’âme nostalgique : il est plus léger et plus ergonomique que la « soucoupe volante » de jadis, qu’il a désormais la forme d’un volant. Autre évolution très geek : il ne faut plus seulement appuyer sur une touche, mais y faire glisser son doigt comme avec votre smartphone.

V-Cube 4 (V-Cube)

Plus forte que le Rubik’s Cube des années 1980, voici, venue de Grèce, une nouvelle déclinaison ce casse-tête. Avec un mécanisme plus fluide que le produit original. Plus étonnant : le nombre de pièces par côté. Comme son nom le stipule, le V-Cube 4 en possède 4, comme le jeu classique. Il se décline aussi en six autres versions, toujours plus complexes : avec de deux à huit pièces par côté. Dès 10 ans

Record à battre pour la version V-Cube 5 : 54 secondes ! De quoi mettre votre gamin(e) - et toute la famille ! - au défi. Info, pour lui éviter la crise de nerfs : les solutions sont sur le web.

 

« Diverses peurs canalisent le monde interne de l’enfant et le jeu est une manière de jouer avec elles. En les figurant dans un dessin, dans de la pâte à modeler, ou en les mettant en scène à travers de petits personnages. Il peut régler ses comptes avec les émotions qui le submergent. À un premier niveau, le jeu canalise, endigue ces angoisses. Elles sont localisées sur le terrain de jeu, hors de ses pensées. À un second niveau, le jeu, une fois les peurs localisées, canalisées, permet de transformer les émotions en une source énergétique. (…)
Vers 11-12 ans, les jeux deviennent plus complexes. La capacité de réflexion des enfants prépubères est accrue. Ils sont capables d’accéder à un raisonnement abstrait. Ils ne sont plus tributaires d’un objet ou d’une règle concrète. Ils anticipent des situations, élaborent des hypothèses. Fabriquer des objets sophistiqués tels des maquettes, par exemple, se plonger dans des jeux informatiques, jouer aux échecs… Ils commencent à combiner, à structurer des choses connues sous des formes inédites. »
Patrice Huerre dans Place au jeu ! Jouer pour apprendre à vivre (Ed. Nathan).

Anouck Thibaut

JEUX : L’ACTU 2014

Beau trophée pour Lego qui, en 2014, est devenu le premier vendeur mondial de jouets. La marque danoise devance Mattel et ses poupées Barbie. Un succès qui s’explique notamment par l’arrivée de briques multicolores sur le vaste marché chinois, mais aussi par le pari pris par la marque de miser sur les licences - Harry Potter, Star Wars et Hobbit en tête. Jusqu’à boucler la boucle en proposant, cette année, une gamme issue du film The Lego Movie.
Vous vous demandez peut-être pourquoi les célèbres briques (classiques ou plus grosses, les Duplo) n’ont pas trouvé droit de cité dans notre dossier ? Parce qu’il n’y a pas, selon nous, de véritables innovations du côté de Lego, ce qui est un de nos critères de choix. Par contre, le Ligueur ne peut que vous encourager, si ce n’est déjà fait, à mettre ce jouet entre les mains de votre enfant. Conseil : les briques en vrac, sans modèle imposé, stimuleront un maximum l’imagination de votre marmot.
Deux nouvelles encore à propos de Lego, preuve que le monde du jouet ne vit pas en vase clos. Suite à une lettre d’une gamine de 7 ans déplorant que parmi leurs figurines, « les filles n’avaient pas de travail et ne partaient pas à l’aventure », la marque a sortit un kit de femmes scientifiques avec une chimiste, une paléontologue et une astronome. Plus récemment encore : Lego a cédé face à la pression des ONG de protection de l’environnement en cassant le partenariat qu’il avait noué avec Shell. Quand on est le maître de l’univers du jouet, il faut bien se tenir !

Sur le même sujet

Jouer pour apprendre à vivre

(Bonne) tradition oblige ! Voici notre sélection des nouveautés en jeux et jouets, attendue de pied ferme par les magasins qui s’organisent déjà en prévision du rush des parents à l’occasion de la Saint-Nicolas. Comme chaque année, la rédaction s’est transformée en véritable salle de jeux et nos journalistes se sont essayés, sous la férule d’Anouck Thibaut, notre experte en la matière, au nouveau Simon, aux moulages Mako (ô, doux rappel de l’enfance !) ou n’ont pas résisté au charme fou de l’hippo rigolo. À votre tour de partager leurs jeux.

 

Jouer… pour bien grandir

Ils couinent, basculent, se déplacent, flottent… ou renvoient à bébé son image. Les hochets, tapis d’activités et autres petits objets mobiles sont les premiers jouets pour attirer le regard et mettre en mouvement les doigts du tout-petit. Des objets qui vont mettre ses cinq sens en éveil puis stimuler sa motricité dès qu’il se mettra à explorer le monde à quatre pattes avant de se mettre debout sur ses deux pieds.

 

Jouer… pour faire comme papa/maman

Ils sont la copie conforme, en miniature, des objets de notre quotidien : dînette, garage, maison et autres poussettes. Incontournables à l’âge de la maternelle, les jouets d’imitation permettent à l’enfant de faire des bonds de géant : en s’inventant des histoires et en endossant un rôle, il va se projeter dans le monde des adultes.

 

Jouer… pour se rassurer

Ils sont d’une extrême douceur pour les doigts et… le cœur de l’enfant : les doudous, peluches et autres poupées le rassurent avant qu’il en adopte un comme confident à qui raconter ses chagrins et ses peurs. Des jouets tendresse à offrir à tout âge, même quand on commence à être grand.

 

Jouer… pour être ensemble

Ils ont la forme de pions ou de cartes et, sous la houlette d’un dé, s’étalent le plus souvent sur un plateau : les jeux de société transportent les enfants dans un univers plus ou moins familier. Des jeux qui développent observation, rapidité, dextérité, mémoire et stratégie. Leur maître-atout : rassembler parent(s) et enfant(s) autour d’une même activité.

 

Jouer… pour comprendre le monde

Ils contiennent panneaux solaires, miroirs, éprouvettes et petits moteurs : de quoi découvrir et comprendre le monde tout en s’amusant. Des jouets à mettre entre les mains des enfants curieux de tout. Et pas seulement des scientifiques en herbe.