Vie de parent

Kot : comment faire le bon choix ?

Déjà fin juin… et votre jeune n’a toujours pas de kot pour la prochaine rentrée scolaire ? Pas de panique : de nombreux logements se libèrent encore après la 1re ou la 2e session. Le Ligueur vous donne des pistes pour dénicher la bonne adresse, mais aussi et surtout des conseils pour trouver le nid idéal.

Kot : comment faire le bon choix ?

Bonne nouvelle d’abord, si votre jeune s’apprête à aller étudier dans la capitale : la Plateforme logement étudiant (PLE), nouvelle alliée des institutions d’enseignement supérieur bruxelloises en matière de logement étudiant à Bruxelles, devrait vous faciliter la tâche. Alors qu’autrefois chaque école avait son propre service logement, la PLE rassemble la quasi-totalité des institutions d’enseignement supérieur francophones à Bruxelles. Elle reprend aussi les données relatives aux logements de bailleurs privés. Outre la centralisation de l’info, les données sont rassemblées sur un outil web qui offre de nombreux avantages : accessibilité 24h sur 24h, gratuité et fonction de recherche adaptée aux étudiants. La PLE vous propose par ailleurs une aide précieuse quant aux aspects législatifs. Pour gagner du temps, la PLE propose un bail-type auquel les bailleurs peuvent avoir recours (en un clic !).

Logement 2.0

Afin d’aider les étudiants et leurs parents dans la recherche du kot idéal, la PLE a lancé l’outil MyKot. Grâce à cet outil, vous avez directement accès aux coordonnées des bailleurs. Plus besoin de passer par des intermédiaires. MyKot vous permet aussi de faire des recherches très précises sur des critères tels que le rayon autour d’une rue, le loyer, le type de logement, la durée du bail, etc. MyKot vous propose également de sauvegarder les kots qui vous plaisent dans une rubrique « favoris » afin de pouvoir y revenir plus tard.

Et en Wallonie ?
Premier conseil : renseignez-vous auprès du service logement de l'Université ou de l'école supérieure de votre jeune qui pourra vous aiguiller.
Plusieurs sites pourront aussi vous aider et notamment Kots.be, Student.be ou encore Appartager.be
Pensez aussi à d'autres formules de logement, comme 1toit2ages qui propose des logements intergénérationnels où votre jeune louera une chambre chez un senior.

Comment trouver le nid idéal ?

La première chose à faire est de définir le type de kot qui conviendra à votre jeune. Un kot privé classique ? La convivialité d'un immeuble d'étudiants ? Ou un brin de luxe dans un studio, un appartement ou une maison communautaire ? Le mieux est d’avoir cette discussion avec lui/elle afin de connaître ses aspirations, mais de pouvoir aussi poser vos limites. Une fois cette décision prise, chercher des kots potentiels et planifier des visites.

Check-list des points à vérifier lors de vos visites :

  • Examinez la situation géographique. Quand on est étudiant, il est confortable de vivre à proximité de commerces, services et transports en commun. Pensez à examiner le quartier et les alentours afin de vous assurer que le bâtiment ne soit pas trop isolé.
  • Le kot est-il sûr, propre, confortable et bien équipé ? Les communs sont-ils équipés d'extincteurs et de détecteurs de fumée ? N’y-a-t-il pas de traces d'humidité ou de moisissures dans la chambre ? La pièce compte-t-elle suffisamment de prises ? Un étudiant a besoin de beaucoup de prises : pour son portable, son chargeur GSM, les lampes de table de nuit et de bureau, le sèche-cheveux, la télévision… Prenez le temps de tester tous les appareils électriques et vérifiez qu'il y a aussi de l'eau chaude.
  • Confort du mobilier. Si vous louez un logement meublé, vérifiez l’état général des meubles et équipements qui sont fournis. Soyez notamment attentifs à des détails tels que l’état de la chaise de bureau, le confort du matelas et l’occultation des rideaux.
  • Vérifiez l’acoustique de la pièce. Pour étudier tranquillement et dormir paisiblement, une bonne isolation sonore, tant par rapport à ses voisins qu’au monde extérieur, est importante. Pensez donc à contrôler l’épaisseur des fenêtres et des murs du logement.
  • Discutez avec les cooccupants : interrogez les étudiants déjà présents à propos de l'ambiance, des éventuels vices cachés, du tapage nocturne, etc.
  • Demandez ce qui est compris dans le loyer. Lisez bien le contrat. Toutes les charges (eau, électricité, Internet,…) sont-elles comprises ou devez-vous payer une provision par mois en plus ? Si oui, comment est-elle calculée ? C’est important pour ne pas avoir de mauvaises surprises à la fin de l'année académique. Le plus simple et le plus sûr, c'est le loyer tout compris.
  • Dans tous les cas, ne prenez pas votre décision trop vite: visitez plusieurs kots et comparez leur prix, leur état et leur situation.

Gaëlle Hoogsteyn

Et au niveau paperasses ?

Qui dit kot dit aussi bail. Avant de signer quoi que ce soit, lisez attentivement tous les documents. Certains points du contrat de bail ont tendance à être parcourus un peu trop rapidement. Consultez-les dans leur entièreté : les conditions générales, les conditions de résiliation et le règlement d’ordre intérieur. Vérifiez si l'inventaire est correct, si vous pouvez repeindre les murs, dans quels cas la garantie peut être prélevée... Faites un état des lieux complet avant de signer le bail afin d’éviter de payer pour des dégâts dont votre ado n’est pas responsable. Une bonne connaissance et compréhension de tous les termes du contrat vous évitera des ennuis futurs.

Et au niveau assurance ? Concernant l’assurance familiale, si votre jeune reste domicilié chez vous, il est automatiquement assuré contre la plupart des risques. Au niveau de son kot, vérifiez que votre contrat comprend bien un volet « Assurance incendie pour un kot et son contenu ». Si ce n’est pas le cas, de nombreuses compagnies d’assurances proposent ce type d’annexe au contrat. Renseignez-vous auprès de votre agence.

Sur le même sujet

L’enseignement supérieur : un droit, pas un privilège

Ce lundi 16 septembre sonne la rentrée pour les étudiants du supérieur. Une rentrée qui concerne 210 000 étudiants en Fédération Wallonie-Bruxelles. Un chiffre en nette et constante augmentation, mais une ombre au tableau : l’aspect financier.

 

Logement : un bail adapté aux kots étudiants

Depuis 2018, les Régions ont pu créer leurs propres règles en matière de logement. Elles en ont profité pour mettre en place un bail « étudiant » qui, s’il n’est pas obligatoire, permet de clarifier certaines situations.