Vie de parent

Le jeu comme éveil

Les premiers jeux. Ils ont quelque chose d’important. Ils travaillent la curiosité, l’observation, ils font appel aux sens. Et puis ils vont entraîner une chose magnifique : l’amour de jouer.

Le jeu comme éveil

Tchoupi Colorino (Ravensburger)

Dès 2 ans
On ne vous présente pas Tchoupi, le pingouin clown (on n’a jamais vraiment cerné le concept) le plus célèbre des crèches et des petites classes de maternelles. Le voici qui propose un ensemble de jeux autour de la couleur pour faire grandir les tout-petits.
Pourquoi ils ont aimé
« Notre petit de 2 ans a été très attiré par les couleurs du Colorino, il s'est jeté dessus. Mais comme pour beaucoup de jeux d'association, il est encore petit pour comprendre ce qu'il doit faire. Je le conseillerais à des enfants un peu plus âgés. »
Ce qu’ils en disent« Je trouve qu'il n'est pas facile de discerner l'emplacement des jetons de couleur qu'on doit poser et lorsqu'on veut les retirer, il faut tenir la plaque, le jeton est trop solidarisé et rend le tout peu maniable. Sinon, ils sont de taille idéale pour l'âge et la préhension. »

Electro (Jumbo)

Dès 3 ans
Le principe vieux comme le monde des identifications d’objets par le biais d’un stylo intelligent qui valide les bonnes réponses.
Pourquoi ils ont aimé
« Notre fille s’est montrée très impatiente. Elle avait envie de jouer tout de suite. Le son du stylo permet de s'autocorriger. Tout est bien pensé pour attraper les enfants : les couleurs vives, les dessins ludiques, la variété d'exercices proposés. J’ai toujours eu peur que les jeux électroniques soient mal étudiés et peu pédagogiques. Après coup, je trouve Electro très ludique. Les notions travaillées par le jeu sont vastes. En mathématiques : les nombres, les liens logiques, la structuration spatiale. En français : le vocabulaire si l'enfant est accompagné d'un adulte. En éveil : les animaux marins, les volatiles, les animaux et leur habitat. Il travaille aussi énormément l'observation. Les difficultés sont également variées en fonction de la fiche. »
Ce qu’ils en disent
« L’avis sans filtre de ma petite chroniqueuse : ‘J'aime tout, tout, tout dans le jeu, il est trop joli’. Pour ma part, juste une petite réserve sur la rigidité des fiches. Elles s'abiment vite dans les petites mains. Cela aurait été sympa de pouvoir commander des fiches uniquement, afin de ne pas multiplier les stylos en achetant un nouveau jeu à chaque fois. »

Attrape rêves (Space Cow)

Dès 4 ans
Voilà ce que l’on pourrait appeler un jeu réconfortant. Le principe est cotonneux. Chaque joueur choisit une carte doudou qui recouvre complétement la carte cauchemar. Si le cauchemar est totalement recouvert par le doudou choisi, les joueurs remportent des jetons rêve qu’ils installent autour de leur nuage douillet. Les enfants imaginent et racontent leurs rêves au fur et à mesure qu’ils gagnent des jetons. La première ou le premier à en remporter douze gagne la partie.
Pourquoi ils ont aimé
« Chez nous, ça été l’émerveillement immédiat, suivi d’une envie de découvrir tous les éléments du jeu. Nous avons joué deux parties d’une vingtaine de minutes, l’une après l’autre. Les illustrations sont géniales. Tout comme le lien avec le quotidien. Le fait d’aborder les rêves et les cauchemars est le début de beaucoup de discussions. »
Ce qu’ils en disent
« Les pièces et l’ambiance du jeu nous ont beaucoup plu. On va certainement le ressortir pas mal de fois cet hiver pour se faire un ‘vrai’ jeu de société. Parce qu’il est une belle façon de commencer à jouer avec de jeunes enfants. »

Yves-Marie Vilain-Lepage

L’éveil, c’est aussi des jouets

Mettre ses sens en alerte, se découvrir en découvrant le monde, en voilà un exercice que les enfants adorent. Pour les tout-petits, ce sont les quatre cônes en silicone alimentaire de Hix de Moluk qu’on n’hésitera pas à recommander. Quatre cônes, mais des milliers de combinaisons à inventer, à mâchouiller, à lancer, à assembler.
Pour les plus grands, à partir de 5 ans et jusqu’à 7-8 ans, on a choisi l’éveil par la gourmandise avec les Happy Cakes d’Avenue Mandarine. Deux versions existent - chats ou dinosaures - pour créer de jolis sablés et cupcakes. De quoi initier vos petit·e·s gourmand·e·s aux plaisirs sucrés (avec modération) par la vue, le toucher, l’odorat et évidemment le goût.
R. B.