Vie de parent

Livres scolaires : bons plans sur internet

Coup de projecteur sur le site Web qui permet aux étudiants d’acheter (ou de revendre) leurs livres scolaires à prix réduit. Une initiative bienvenue en temps de crise qui est aussi le reflet d’un bel esprit d’entreprendre de la part d’une poignée de jeunes…

Livres scolaires : bons plans sur internet - www.freedigitalphotos.net

Tout a commencé voici plus de trois ans dans les rues de Louvain-la-Neuve par des petits papiers accrochés aux valves, dédiés aux petites annonces et qui s’agitent au vent, dans l’espoir de croiser le regard de passants intéressés. Une pratique un peu d’un autre âge à l’heure du Web qui a donné l’envie à trois étudiants de la moderniser pour la rendre plus efficace.
Le passage obligé : créer un site Internet, pour mettre en contact acheteurs et vendeurs potentiels de manuels scolaires d’occasion. Encore fallait-il, même dans la petite ville de Louvain-la-Neuve où les étudiants se croisent et se côtoient sans cesse, trouver un moyen pour que l’échange de livres puisse ensuite se faire, hors du monde virtuel.
Idée géniale, qui a sans doute contribué au bon développement du projet : les bénévoles du Magasin du Monde-Oxfam du coin ont saisi la balle au bond et accepté que leur local serve de lieu de dépôt pour les bouquins ayant trouvé acquéreur. Ces derniers devant juste se présenter à la boutique avec le document ad hoc, reçu par e-mail, puisque les transactions financières s’effectuent uniquement via le Web.

MANUELS : INCONTOURNABLES, MALGRÉ LE WEB
Et voilà que trois ans après ses premiers balbutiements et un sacré lifting, le site www.livresdesecondemain.be s’aventure désormais hors de la ville universitaire et gagne aussi Namur, Liège, Mons, Gembloux et Bruxelles, toujours avec les Magasins du Monde-Oxfam comme point de relais.
Bon à savoir : certains établissements scolaires se sont même greffés au site, en proposant un point de dépôt interne. Envie de vous débarrasser de quelques bouquins devenus inutiles ? Rien de plus simple : en quelques clics, votre ouvrage est encodé, l’important étant, pour être mis en vente, qu’il soit muni du fameux code ISBN permettant de l’identifier. Petit détail : les syllabus des professeurs ne sont donc pas acceptés. À savoir également : c’est le vendeur qui fixe son prix.
Qu’en est-il d’ailleurs des économies réalisées par les étudiants acheteurs ? Vincent Brassine, une des chevilles ouvrières du projet, en plein cursus d’ingénieur commercial à l’époque de sa création, avance le chiffre de 40 à 45 % d’économie. Et il ajoute : « Évidemment, les étudiants sont touchés par la crise, comme tout le monde. Et rien à faire, même à l’heure des écrans, les jeunes ont toujours besoin des livres et des manuels scolaires. C’est rassurant pour eux d’avoir ce support papier. Sans compter que certains professeurs exigent, même pour quelques pages, l’achat de la toute dernière édition. Résultat : à la fin de l’année, on se retrouve avec une pile de bouquins qui ont à peine servi, qui sont en parfait état, et que l’on aimerait revendre pour en acheter d’autres. »
Aujourd’hui dans la vie active, Vincent Brassine avoue ne pas vouloir lâcher son bébé pour autant. Mieux encore, il rêve de nouveaux développements pour son site, comme ouvrir aussi, et sous certaines conditions, l’achat et la vente de manuels scolaires aux élèves de l’enseignement secondaire. Ou plus largement encore, d’en faire une plateforme globale d’échange de services entre étudiants…

MODE D’EMPLOI
Si vous voulez réaliser un tel projet :

  • Première question à se poser, en fonction de l’ampleur que vous voulez donner à votre projet : Web ou pas Web pour mettre acheteurs et vendeurs en contact ? À rappeler : la création d’un pareil site exige des compétences, du temps… et de l’argent. À petite échelle, celle d’une école secondaire par exemple, on peut faire l’économie d’un site, en passant uniquement par les e-mails.
  • Autre choix à faire d’emblée : quels seront les ouvrages acceptés ? Uniquement les manuels scolaires ou également d’autres ouvrages ?
  • Soyez stricts et précis au sujet des formulaires permettant d’identifier les ouvrages mis en vente. Ceci permet d’éviter qu’un acheteur se retrouve avec un ouvrage qui ne s’avère pas être celui recherché. Important également, pour les livres scolaires : l’année d’édition. En effet, le contenu peut varier d’une édition à l’autre.
  • Ne laissez pas acheteurs et vendeurs livrés à eux-mêmes, mais gardez un œil sur leurs échanges, notamment en ce qui concerne la qualité des livres déposés, les dépôts, mais aussi et surtout le payement. Dans le cas du site www.livresdesecondemain.be, les transactions financières s’effectuent via le compte de leur asbl et non directement entre les particuliers.
  • Ici comme ailleurs, le sérieux du service rendu est un gage de réussite du projet.

Anouck Thibaut

Sur le même sujet

Tous dans les « starting-bloque »

Le printemps, c'est aussi le début des examens pour nos étudiants. Et dans le supérieur, universitaire ou non, ça se prépare. Mais comment réussir un bon blocus qui mènera à la réussite ? Quelques tuyaux à refiler à votre étudiant.