Vie de parent

Prix de l’énergie : et si on s’informait
au guichet ?

Le prix de l’énergie monte en flèche ces derniers jours. Au point d’inquiéter certaines familles. C’est que les prévisions ne sont pas bonnes, que les températures ont suivi une courbe inverse à celle des tarifs gaz/électricité et que le contexte actuel, un peu plombé par la crise sanitaire, ne pousse pas à l’optimisme. Dans ces cas-là, il y a des portes qui sont bonnes à pousser. Notamment celles des guichets énergie.

Prix de l’énergie : et si on s’informait au guichet ?

Depuis la rentrée, le téléphone de Sébastien Descy sonne deux fois plus qu’à l’accoutumée. Consultant au guichet de l’énergie à Charleroi, il répond inlassablement aux questions de personnes bousculées par la récente flambée des prix du gaz et de l’électricité. « Oui, chez nous, on ressent une inquiétude chez les personnes qui nous téléphonent. Elles se demandent quoi faire. Beaucoup se renseignent sur les possibilités de changer d’opérateur ».

Le guichet carolo fait partie d’un réseau de 16 points de chute en Wallonie. En tout, ce sont 40 consultants qui sont chargés de répondre aux familles pour toutes les questions qui touchent l’énergie. Ils sont de bons conseils pour les primes, les pistes d’isolation, etc. Mais là, en ce moment, c’est le portefeuille en détresse qui cherche à être rassuré. Avec une crainte maintes fois exprimée, celle d’être confronté à une facture sérieusement alourdie.

Connaître son contrat

Lorsqu’on lui demande quel est le premier conseil à donner aux familles, Sébastien Descy est formel : il faut mieux maîtriser les termes de son contrat. « Je suis fort étonné du nombre de personnes qui ne connaissent pas leur contrat. Lorsque je leur pose la simple question : ‘Est-ce que c’est un contrat variable ou fixe ?’, elles ne savent pas quoi me répondre. Je constate qu’il y a un certain flou autour de ça et que les fournisseurs d’énergie en jouent largement ».

Là-dessus, Sébastien Descy rassure. « Les familles qui ont un contrat longue durée avec un tarif fixe n’ont pas trop de raison de s’inquiéter, sauf si le contrat arrive à échéance ces tout prochains mois. Là, il faut vérifier la date butoir ». Pour les contrats variables, c’est une évidemment autre histoire.

« Les modalités pour changer d’opérateurs ont été sérieusement simplifiées »

Face aux factures d'un contrat variable qui ont augmenté ou qui risquent d’augmenter, les familles viennent donc aux nouvelles. Avec une question : si mon opérateur augmente ses prix de façon trop radicale, est-ce que je peux en changer ? Réponse de Sébastien Descy : « Oui, et cela à tout moment ». C’est vrai que les modalités pour changer d’opérateur ont été sérieusement simplifiées. Il faut juste compter un mois de préavis, bref, une demande de résiliation introduite à la mi-octobre, ouvre un nouveau contrat possible au 1er décembre. « On peut aider dans cette démarche, souligne Sébastien Descy, la comparaison des opérateurs fait partie de nos missions ».

Des conseils pour alléger la facture

Autre mission des guichets de l’énergie, apporter des conseils pour mieux économiser l’énergie, ce qui est finalement une autre façon de réduire la facture. Parfois des gestes simples, réguliers, permettent de limiter les effets de la douloureuse. Au niveau de l’électricité, les chauffe-eau sont particulièrement à surveiller.

« C’est ce qui coûte le plus cher, le boiler électrique. Pour peu qu’on ait un compteur bi-horaire, l’astuce, c’est de faire tourner le chauffe-eau la nuit, quand c’est moins cher. On peut installer une minuterie pour qu’il ne fonctionne qu’à ce moment-là. »

« Une chaudière mal entretenue, c’est parfois payer 20% de plus pour produire la même chaleur »

Et question gaz, quel est le point d’attention ? « Là, c’est la température intérieure sur laquelle il faut jouer. Un degré en moins, cela fait une économie de 7%. Un degré, cela n’a pas l’air énorme, mais ça fait une grosse différence en fin d’année ». Sebastien Descy insiste aussi sur l’entretien des chaudières. « Trop de familles pensent faire des économies en ‘oubliant’ les entretiens. C’est un mauvais calcul. Une chaudière mal entretenue, c’est parfois payer 20% de plus pour produire la même chaleur ». 

Faire les choses dans le bon ordre

Les guichets de l’énergie peuvent aller jusqu’à mener des accompagnements à domicile pour identifier les petits gestes qui, bout à bout, permettent d’adoucir les factures. Ils peuvent aussi conseiller sur le phasage des mesures à prendre. « Comme par exemple, commencer par isoler son toit, plutôt que d’acheter une chaudière plus puissante. On essaye de faire faire les choses dans le bon ordre, dans le bon sens ».

En ces temps de prix énergétiques à la hausse, les guichets de l’énergie sont donc une bonne porte d’entrée. On trouve leur liste ici. Dans certains cas, ils pourront aussi vous orienter vers d’autres services. Si vous avez des difficultés à nouer les deux bouts, ils vous dirigeront par exemple vers les services ad hoc du CPAS. Si vous êtes confronté·e·s aux pratiques interpellantes d’un fournisseur (comme Mega récemment), c’est vers le service « énergie info » de la Wallonie que vous serez aiguillé·e·s

Thierry Dupièreux

Et à Bruxelles ?

Il existe aussi des guichets à Bruxelles avec des portes d’entrées bien distinctes.

► Homegrade : cette asbl est active notamment sur les thèmes de l’énergie, du logement, de la rénovation, de l’écoconstruction. Elle vous propose des visites à domicile et des conseils sur mesure, sur les points techniques, administratifs et financiers.

► Infor GazElec : ce service indépendant vous aide à choisir un fournisseur d’énergie. Il est aussi pertinent pour toute information sur les mesures sociales relatives à l’accès à l’énergie.

Sur le même sujet

Économies d’énergie : jeux et astuces à la rescousse

Alors que les saisons plus frisquettes pointent le bout de leur écharpe, voilà que les prix du gaz et de l’électricité s’offrent un coup de chaleur. Sur les marchés, ils ont flambé de 10% la semaine dernière. L’occasion rêvée de (re)sensibiliser la tribu aux gestes qui économisent l’énergie.