Qui peut devenir parent d’accueil ?

Ne devient pas famille d’accueil qui veut. Les services mandatés par l’Aide à la jeunesse ont des critères de sélection nécessaires à la bonne intégration psychologique et sociale de l’enfant dans la famille.

Qui peut devenir parent d’accueil ?

« Il faut avoir une ouverture d’esprit, être disponible pour l’enfant comme tout parent, le soutenir dans ses contacts avec sa famille biologique, pouvoir lui expliquer son histoire et répondre à ses questions », explique Martine Derivière, adjointe à la direction de l’asbl Odile-Henri.
Il n’y a, en revanche, pas d’exigence sur la situation financière ou familiale. « Il faut avoir un logement et ne pas être criblé de dettes. Mais une personne seule, une famille monoparentale, un couple homosexuel… peuvent tous devenir famille d’accueil. Plus que la composition familiale, c’est la dynamique qui importe », ajoute-t-elle.
Il faut aussi pouvoir être patient. Les entretiens de sélection durent de six à neuf mois et ne sont qu’une étape dans la procédure d’accueil. « On laisse aussi du temps entre les entretiens. Ça permet aux candidats de réfléchir. Ils sont parfois secoués, car on peut parfois paraître intrusifs. On rentre dans leur histoire personnelle », explique la psychologue. Ces entretiens sont aussi l’occasion pour les futurs parents d’accueil de poser leurs questions et de comprendre à quoi ils s’engagent.

C’est quoi être famille d’accueil ?

L’objectif paraît simple : offrir un cadre familial stable et sécurisant à des enfants dont les parents biologiques ne peuvent assurer l’éducation au quotidien. Mais tout le monde ne se sent pas capable d’assumer cette responsabilité de deuxième famille, tout en jouant un rôle éducatif limité et à durée incertaine. Car ces enfants ont une famille biologique, gardent le contact avec elle et peuvent y retourner. « Si l’enfant ne voit pas ses parents de naissance, il risque de les idéaliser. Il faut aussi que le parent se sentent inclus dans le projet d’accueil », explique Martine Derivière.
Certaines familles postulent, puis finissent par renoncer à l’accueil. « Certains pensent pouvoir être famille d’accueil car ils sont généreux. Mais le chemin est escarpé et ce n’est pas spécialement ceux-là qu’on retient », observe Marie-Claire Honoré, directrice du service de placement familial. « Les intervenants des services de placement sont présents auprès des familles et des jeunes pour les aider à faire face aux difficultés rencontrées et les soutenir durant toute la durée de l’accueil », rappelle son adjointe.
Être famille d’accueil, ce peut aussi être un beau challenge. Et surtout, une chance pour des enfants fragilisés par leur histoire.

Stéphanie Grofils

Appel aux familles

Pour cause d’alcoolisme, de toxicomanie, de troubles psychiatriques, de violences intrafamiliales, de négligences, de maltraitances… certains parents sont incapables d’assumer leur rôle éducatif temporairement. Environ 3 500 enfants et adolescents grandissent en famille d’accueil en Belgique francophone. Et 4 000 autres sont placés dans d’autres services : pouponnières, homes, internats…
De nombreux enfants sont actuellement en attente d’une famille d’accueil. Et la demande de placement augmente chaque année. Mais les familles volontaires manquent à l’appel.
Pour devenir famille d’accueil ou pour plus d’infos : www.lesfamillesdaccueil.be

Sur le même sujet

Parents d’accueil un temps, un élan pour toujours

Catherine et Éric voulaient un troisième enfant. Victor et Arthur voulaient une petite sœur. Yasmina est entrée dans leur vie à l’âge de 4 ans et demi et fait partie intégrante de la famille. Mais elle garde contact avec sa maman biologique, chez qui elle retournera peut-être un jour.

 

Pourquoi manque-t-on de familles d’accueil ?

Tandis qu’il manque 200 familles pour accueillir des enfants que leurs parents ne peuvent pas assumer, les parents d’accueil réclament un statut et un congé parental.

 

Famille d’accueil : pourquoi pas vous ?

Il manque de familles d’accueil en Fédération Wallonie-Bruxelles. Qui peut devenir famille d’accueil ? Qu’est-ce que cela implique ? Et comment procéder ?