Vie de parent

Sans logement, elles peuvent compter
sur un dernier filet de sécurité

Elles s’appellent Sédia* et Vanessa. La première a fui la violence conjugale. La seconde s’est fait expulser de son logement. Toutes deux se sont retrouvées sans logement avec leurs enfants. Heureusement, des acteurs de terrain offrent un dernier filet de sécurité : un hébergement.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Sur le même sujet

De plus en plus de familles dorment dehors

Combien ? On a une idée des chiffres. On va d’ailleurs vous en donner dans les pages qui suivent. Ceux d’enfants, de leurs parents, décomptés chaque soir. Ceux des familles qui souffrent de mal logement. Si accablants chiffres soient-ils, ces chiffres ne reflètent pas toutes les réalités. Parce qu’à chaque fois, il s’agit d’une situation singulière additionnée à une autre, additionnée à une autre… Nous avons choisi d’ouvrir ces pages avec l’une d’entre elles.

 

Quelle est la réalité des familles qui n’ont pas de logement ?

En rue, sans logement, sans domicile fixe… autant de réalités si éloignées des besoins vitaux propres à tout individu. Pourtant, aujourd’hui, à l’aube de 2022, de plus en plus de nos concitoyen·ne·s dorment dehors. De plus en plus de mamans. De plus en plus de papas. De plus en plus d’enfants.

 

« Pourquoi il dort dehors, le monsieur ? »

Hasard du calendrier ? Toujours est-il que le jour où l’on décide de consacrer un dossier au mal-logement, le Wolf, lieu de littérature jeunesse dans le centre de la capitale, nous contacte. Il organise une conférence avec acteurs de terrain et des auteur·e·s sur l’importante question du sans-abrisme expliqué aux enfants. Vous allez voir qu’il n’est pas simple d’en parler avec justesse.