Les coups de cœur du Ligueur

 

 Le livre de la semaine

Au cœur de nos rencontres…

Au cœur de nos rencontres…

Le philosophe Charles Pépin a du flair. Son nouveau livre, La Rencontre (Allary Éditions), il l’a débuté avant les confinements à répétition qui mettent à mal nos possibilités d’aller vers les autres. Or, la rencontre - qu’elle soit amoureuse, amicale, professionnelle ou avec une œuvre d’art - est essentielle à nos vies, plaide-t-il. En pleine crise du coronavirus, les jeunes (s’il ne fallait prendre qu’une tranche d’âge) le savent intuitivement, le montrent intensément.
Avec son essai, Charles Pépin, adepte d’une « philosophie pratique » et très bon vulgarisateur, nous invite à « avoir une vision claire de la mécanique et de la puissance de la rencontre ». Et c’est passionnant. Rencontrer quelqu’un, c’est notamment être troublé, bousculé par lui, nous dit-il. C’est éprouver un étrange sentiment d’évidence. Être curieux de son monde - belle « invitation au voyage ». Voir les choses à travers son regard. Changer à son contact.
Le philosophe nous montre aussi comment nous pouvons favoriser nos rencontres, et faire du hasard notre allié. Alors, les trois conditions de la rencontre selon lui ? Un : sortir de chez soi, ce qui signifie : sortir de soi, mettre en pratique le « j’y vais-je vois » qu’il répétait à ses enfants quand, petits, ils redoutaient une sortie. Deux : ne rien attendre de précis, être disponible, capable d’accueillir la surprise. Trois : tomber le masque, c’est-à-dire oser se montrer vulnérable, se mettre à nu.
Au fil des pages, une évidence : nous avons besoin des autres pour devenir nous-mêmes. Quelle belle perspective…
M. G.