Les coups de cœur du Ligueur

 

 Les archives du Ligueur

Avril 1998 : un poisson nommé Tai-Chi-Chuan

Avril 1998 : un poisson nommé Tai-Chi-Chuan

En cette fin des années nonante, le Ligueur parle de lui en couverture du premier numéro d’avril. Au cœur de l’article mis en avant, une initiative présentée comme une première dans le monde de l’entreprise en Belgique.

« Il a été décidé que l’équipe du Ligueur se verrait offrir une formation quotidienne à cette discipline chinoise qu’est le Tai-Chi-Chuan ». Vous avez bien lu « quotidienne ». Cette séance sera programmée pendant les heures de bureau. À l’époque, la direction y aurait vu l’occasion d’augmenter le rendement des membres de la rédaction.

Selon l’auteur de l’article, cette initiative serait donc foncièrement novatrice et suivie, dès lors, de près par le ministère de l’Emploi et du Travail qui a décidé d’intervenir dans le projet. Objectifs visés : l’épanouissement personnel d’une part, mais aussi une évolution possible sur le contenu du magazine. Maître Li Chee, âme du projet l’affirme, il se peut « qu’un certain approfondissement de l’une ou l’autre dimension de la vie humaine apparaisse dans les articles. (…) C’est à une profonde transformation de l’être que conduit le Tai Chi ».

Bon, tout cela n’était que du vent. Un poisson d’avril nageant dans l’eau trouble des innocentes fake-news de ce premier jour d’un mois où la vigilance du lecteur et de la lectrice n’a pas intérêt à se découvrir d’un fil. Ce qui est amusant, c’est qu’avec le temps, certains poissons d’avril n’en sont plus vraiment. L’eau des rivières où ils s’ébattent a coulé sous les ponts, transformant ces poissons improbables en simple divination piscicole.

Un poisson qui ne l'est plus

Aujourd’hui, le Tai Chi en entreprise est devenu une réalité. De nombreuses sociétés spécialisées offrent leurs services comme le proposait, jadis, au Ligueur l’imaginaire maître Li Chee. Leur argumentaire ? Il semble puisé dans les pages de ce Ligueur millésimé 1998 : « Comment passer d’une ambiance de travail à un moment de détente et de relaxation tout en améliorant la productivité de vos équipes ? ». Les modules proposés collent complètement à ce qui était envisagé dans votre magazine, notamment au niveau du timing (30 minutes de séance).

Comme dans le Ligueur, ces sociétés mettent en avant la création du Tai Chi par les moines taoïstes, gage d’une quête de bien-être ou s’accroissent « la sensibilité et la réactivité face aux situations vécues quotidiennement ». Voilà donc comment la réalité a dépassé le poisson.
Ce n’est pas un cas isolé et propre à nos colonnes. « L’interdiction de fumer dans les lieux publics (1972) », « Le téléphone pour tous dans les voitures (1988) » ou « La circulation alternée en cas de pollution (1985) » sont, par exemple, autant de sujets à avoir été diffusés à la télé française un 1er avril... Avec les suites que l’on sait.


T. D.