Les coups de cœur du Ligueur

 

 Les archives du Ligueur

Janvier 1982 : bagarre homérique dans les pages du Ligueur

Janvier 1982 : bagarre homérique dans les pages du Ligueur

En ce début d’année 1982, le Ligueur sort la sulfateuse. À la gâchette, Daniel Fano. La victime ? Un dessin animé qui fait un tabac dans les émissions pour enfants, Ulysse 31. Pourtant, on aurait pu croire que Daniel Fano, ce grand érudit qui nous a quittés en 2019, aurait apprécié l’allusion mythologique. Que nenni ! Le réquisitoire est balancé sans sommation et le héros de l’espace s’en prend plein les gencives.
Disons-le d’emblée, Daniel Fano n’apprécie pas la mode des dessins japonais. « Même pauvreté graphique, même animation mal fichue et les dialogues sonnent remarquablement faux ». Voilà pour la forme. Sur le fond ? C’est pas mieux. « S’ils changent de nom, les héros abusent toujours de leurs superpouvoirs, leur violence et leur racisme se trouvant justifiés par la noble cause qu’ils défendent – celle de la caste privilégiée à laquelle ils appartiennent ». Bref, les Goldorak, Albator et autres Batailles des Planètes, il ne faut pas lui en parler, au chroniqueur du Ligueur.
Dès lors, quand survient Ulysse 31, on se dit que la sauce va prendre. Que la mythologie va donner de l’intelligence, de la culture, de l’étoffe à tout ça. Quand les héros se nomment Ulysse, Télémaque, Priam, Thémis, c’est un gage de qualité, non ? Ouais, « Et si on changeait les noms ?, lance Daniel Fano. Et si Ulysse devenait Capitaine Poivre, Télémaque Moustique et Troie la base Pribil ? Oui, effectivement, ça ramènerait la chose au niveau des autres séries du genre ».
Mais, c’est quoi, le problème ? Une adaptation qui irait jusqu’à la déformation, la falsification. Et Daniel Fano de dénoncer ce Télémaque en « garçonnet blond, fadasse et geignard, flaqué d’un robot stupide », cette gamine à peau bleue qui usurpe le prénom de Thémis à la déesse de la justice, etc., etc. « Avec Ulysse 31, l’effet est franchement négatif, anti-éducatif, la circulation culturelle est court-circuitée ».
Bref, ce serait de la culture de bas étage pour servir la soupe à des idéologies un peu poisseuses destinées à faire croire aux enfants qu’on ne peut surmonter les difficultés du temps qu’en comptant sur l’intervention d’un Sauveur Unique. Et sans moufeter en plus…
N’en jetez plus, Ulysse 31 est K.O. Y compris le disque relatant ses histoires qui était le prétexte de l’article, « une musique disco frelatée, saupoudrée de faciles effets de synthétiseurs et de paroles ineptes ». Après cet article, Ulysse 31 sévira encore trois mois sur FR3 (l’ancêtre de France 3) et sera rediffusé plusieurs fois au grand dam, sans doute, de Daniel Fano dont les oreilles auront dû saigner en entendant les rappeurs Kaaris et Orelsan citer le héros décrié comme référence obligée dans une de leurs chansons…   
T. D.