Les coups de cœur du Ligueur

 

6/8 ans9/11 ans Cinéma

Ma maman est en Amérique, elle a rencontré Buffalo Bill

Ma maman est en Amérique, elle a rencontré Buffalo Bill

L’histoire

Pour Jean (6 ans), qui entre à l’école primaire, l’après-4 heures ne ressemble pas tout à fait à celui des autres bambins de sa classe : ce n’est pas sa maman, mais sa nounou, Yvette, qui vient l’attendre à la sortie des cours. De cette maman, il ne sait rien ou pas grand-chose si ce n’est, comme le lui a confié sa petite voisine, cartes postales à l’appui, qu’elle est en Amérique et qu’elle pense beaucoup à lui. La porte à tous les fantasmes, tous les espoirs pour ce gamin. Jusqu’au jour où il découvrira la vérité. Malgré ce secret, Jean va grandir et pousser comme il peut, presque comme tous les gamins de son âge. Avec son lot de bagarres à la récré, de sueurs froides à l’idée d’être interrogé par la maîtresse, de 400 coups avec les copains du quartier, de complicité avec le frérot, de séjours en vacances chez papy et mamy…

Les coulisses

Ce dessin animé est l’adaptation d’une BD du même nom (éd. Gallimard, paru en 2007) où l’auteur, Jean Regnaud, racontait sa propre histoire, dans les années 1970, et son enfance « sans maman ». Un vécu et une sensibilité qui transparaissent d’ailleurs aussi bien dans la BD que dans son adaptation à l’écran, signée Marc Boréal et Thibaut Chatel. Un film avec des dessins assez classiques mais chaleureux (en 2D, uniquement), joli mélange de l’ambiance des années 1970 et d’une certaine modernité.

Pourquoi Le Ligueur vous le recommande ?

On a aimé la délicatesse avec laquelle la thématique de l’absence d’un parent est abordée : avec profondeur et authenticité, sans jamais être larmoyant. La tendresse, la poésie et l’humour sont d’ailleurs en rendez-vous. A voir donc sans hésiter avec les enfants qui seraient, de près ou de loin, confrontés à pareille situation. Mais pas seulement. Son autre atout étant simplement de raconter une tranche de vie à travers des yeux d’enfant. Enfin, cerise sur le gâteau, pour les parents qui ont grandi dans les années 1970 : ils y (re)découvriront avec plaisir des petits détails de leur enfance, du radiocassette dans la DS aux billes de la cour de récré, en passant par cette couleur orangée qui inondait alors les intérieurs… A partager aussi avec vos marmots, eux qui raffolent qu’on leur raconte des pans de notre enfance.

Pour quel âge ?

Accessible dès 6 ans, en 2D uniquement.

Anouck Thibaut

Ma maman est en Amérique, elle a rencontré Buffalo Bill (1h15), sortie le 5 mars