Les coups de cœur du Ligueur

 

 Les archives du Ligueur

Mars 2000 : les disparus d’internet

Mars 2000 : les disparus d’internet

C’est une époque où Facebook et YouTube n’existent pas encore. La préhistoire quoi ! Même Google n’en est qu’à ses balbutiements. Le célèbre moteur de recherche sort à peine de sa version bêta et son adaptation française n’est toujours pas de mise. Lorsque vous cherchez des infos dans la jungle du web, vous utilisez des portails comme Altavista.fr, Yahoo.fr, Advalvas.be ou Wanadoo.be. Ah oui, à l’époque, on calcule encore en francs belges. Voilà le cadre.
En ce mois de mars 2000, le Ligueur rédige un article pour que les lecteurs trouvent, sans difficultés, les infos liées à la parentalité sur internet. Pour l’occasion, votre magazine est allé dégoter trois « annuaires spécialisés » qui, à l’époque, s’imposent comme les références du moment. Il y a « Parents-Infos.com », le portail des parents francophones, de la grossesse au jeune adulte. Avec, souligne toutefois le Ligueur, un petit problème au niveau de la mise à jour des forums parce que la rédaction du site a été frappée par une épidémie de grippe.
Mis en avant aussi, Tiboo.com qui se présente comme le rendez-vous des jeunes parents. « Un site riche, analyse le Ligueur. Un site qui permettra également aux jeunes parents de poser des questions et de participer aux discussions ». Mais son coup de foudre, votre magazine le garde pour Dispapa.com qui a été réalisé par « un papa à qui ses enfants posaient les questions auxquelles tout père de famille (et toute mère aussi) se trouve inévitablement un jour confronté ».
Ces sites ne vous disent rien ? Normal, ils sont tous tombés dans les oubliettes du web. En 2007, Tiboo.com s’est fait racheter par un autre site, l’absorption se soldant au bout du compte par sa dissolution. Parents-Infos.com est introuvable. Quant à dispapa.com, son nom de site est à vendre pour le prix de 3 195 dollars. C’est qu’en 21 ans, il y en a eu des naissances et des disparitions sur le web. Y compris parmi les sites parentaux.
Aujourd’hui, le paysage a bien changé. Quant au Ligueur, il a son propre site internet qui tourne depuis la fin des années 2000. Il s’est imposé en Belgique comme le site de référence pour la parentalité, montrant qu’en termes d’information numérique, il est toujours intéressant de pouvoir s’adosser à la force d’un titre qui a tiré toute sa vitalité et son ADN de la presse écrite. Cette conclusion est évidemment rédigée sans parti pris aucun.
T. D.