Vie de parent

« On fait tout ce qu’on peut, mais on ne remplace jamais une vie de famille »

Trente-huit enfants sont sur liste d’attente pour une famille d’accueil ou un parrainage auprès de l’association La Vague. Alisson, Cassandra et Christelle ont ouvert leur foyer et famille à un enfant porteur de handicap.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Sur le même sujet

Appelez-les Super ! Donner à Thibault ce que la vie ne lui a pas offert

Appelez-les Super ! Tout simplement Super. Quand l’actu déprime, cette rubrique est là pour remonter le moral. Son objectif ? Mettre en scène des héros. Ceux qui rendent l’espoir possible. Il n’existe hélas pas grand-monde pour parler d’eux. Nous leur ouvrons donc largement nos colonnes.

 

De pédiatre à maman d’accueil

Au-dessus du masque, les yeux de Sara sont d’un bleu vibrant. Il suffit de les croiser pour sentir de l’empathie et de la douceur chez cette mère de 46 ans. Lorsqu’elle dévoile sa profession, aucun métier ne semble mieux lui convenir : « Être pédiatre, c’est soigner, mais c’est aussi créer de vrais liens avec l’enfant et sa famille ». Portrait d’une femme animée par son amour de l’autre.

► Cet article a été réalisé par des étudiant.e.s en Master 2 de la section Presse / Info de l'Ihecs, école de journalisme à Bruxelles. Dans le cadre du cours de "journalisme vivant", ces étudiant.e.s ont brossé les portraits de personnes dont le quotidien se décline au service des autres sur fond de crise sanitaire...

 

Des familles d’accueil pour les enfants dans le besoin

Que faire quand un enfant se retrouve seul car ses parents sont hospitalisés ? Potentiel porteur du virus, qui pourrait l’accueillir ? Rien n’a été pensé pour eux. Ce genre de situation est inédite. Face à cela, une initiative citoyenne, le Réseau de solidarité enfant-relais, est née. L'action vise également à recruter des familles d’accueil pour les enfants victimes de violences intrafamiliales.